SAVOIE-FORTIFICATIONS



  
Menu • Avant propos • Cartographie • Ouvrages • Hommes • Actu • News • Liens • Contact • Livre d'Or 

Remonter

Latrines et traitement des eaux usées :

    L'installation de latrines est un vrai problème en milieu confiné : emplacement, gestion des eaux usées et des odeurs.

    Les latrines :

    On pourrait sourire ; pourtant les latrines méritent des études approfondies. En effet, il n'est pas pensable que l'équipage soit obligé de sortir de l'ouvrage pour ce besoin, particulièrement durant les bombardements.

    On a donc installé des toilettes à l'intérieur des ouvrages (sauf blockhaus) : un siège par ouvrage de moindre importance (PO, abris, casemate, AP) ; plusieurs latrines pour les GO, réparties dans les différentes blocs ou regroupés en batterie à proximité de la caserne, des urinoirs installés dans tous les coins des ouvrages (regroupés aux abords de la caserne), enfin des latrines réservées aux officiers.
    Les latrines sont composées d'un siège à la turque, placé au-dessus d'une cuve de traitement visitable contenant une solution alcaline avec agitateur manuel ; l'ensemble est surélevé par rapport à la galerie pour favoriser l'écoulement. Ce système est pleinement satisfaisant pour l'époque (le tout à l'égout n'est pas d'actualité) ; en revanche tout objet étranger non soluble provoque un bouchon, voir un débordement des égouts.

    Les latrines internes sont réservées pour le temps de guerre ; entre autres afin d'éviter de se retrouver avec des cuves pleine à la mobilisation. En temps de paix, les hommes disposent de latrines extérieures, en maçonnerie ou en tôle transportable. Ces feuillées sont installées à proximité des casernements, parfois à coté des entrées d'ouvrage.


Batterie de latrines d'un GO.
(GO du Pas du Roc)
 

Une latrine, avec agitateurs et distributeur de papier.
(GO de St Antoine)
 

Batterie d'urinoirs.
(GO de St Antoine)

Latrines d'un AP.
(AP du Fréjus)

    Eaux usées :

    Les latrines disposent de fosses sceptiques : des cuves de traitement indépendantes (une cuve par siège), dans lesquelles une solution alcaline réduit les déchets solubles (matières fécales, papier hygiénique). Le trop plein est évacué dans l'égout.
    D'autre part, l'égout récupère les eaux usées de la cuisine, des lavabos ; ainsi que le trop-plein des citernes, eaux de lavage, infiltrations et condensation. Celles-ci ne sont pas traitées.

    L'égout est une conduite en grès vernissé qui parcours les galeries (galerie principale et des blocs des gros ouvrages) ; placée sous le radier des galeries, parfois recouvert de dalles visitables. L'égout débouche dans un ravin ou un cours d'eau, de façon aussi discrète que possible (à tel point qu'il est difficile de les trouver de nos jours).
    Toutes les galeries accusent une légère pente (2 à 7 %) pour favoriser l'écoulement. En règle générale, les ouvrages sont conçus pour que le point le plus bas correspondent à l'entrée des munitions ; c'est donc par cette entrée que s'échappe le conduit d'égouts, en passant sous le fossé diamant. Ce passage est également utilisé pour l'arrivée des câbles électriques et téléphoniques.
    Toutefois, certains ouvrages possèdent une galerie spécialement construite pour l'évacuation des égouts, lorsque les blocs sont situés à une altitude supérieure à la partie centrale de l'ouvrage ; par exemple l'abri d'Amodon, le PO d'Arrondaz.
    L'AP du Fréjus recèle une exception : il est équipée de deux évacuations d'égouts (bloc EMH et 3), puisque les galeries ne sont pas uniformément inclinées ; en outre il ne possède pas de conduites enterrées

    Dans les galeries, le long des murs, courent des rigoles. Ces canaux, de quelques centimètres de profondeur, recueillent les infiltrations et la condensation, pour les conduire dans l'égout ou à l'extérieur. Dans les AP, ces rigoles constituent les principales évacuations d'eaux, en particulier pour le trop-plein des citernes.


Conduite d'égouts à la sortie d'un GO.
(GO du Sapey)

Regard d'égouts d'un AP.
(AP de la Roue)

   Odeurs :

    Les odeurs dégagées par les eaux usées peuvent s'avérer dangereuses pour la santé de l'équipage, comme pour le moral. C'est pourquoi on y a prêter attention.

    Les évacuations des urinoirs, éviers, lavabos, sont équipés de siphon ; tous les regards d'égout sont hermétiques. La réalisation la plus remarquable concerne les latrines : porte étanche et ventilation aspirante (réseau d'extraction) dans la cuve. Pour des raisons d'économie, les AP ne sont pas pourvus de ventilation aspirante dans les latrines ; ils n'ont d'ailleurs aucun réseau d'extraction d'air.

    Retour organisation des ouvrages Maginot.

Copyright © www.savoie-fortifications.com 2004-2010.
Tous droits réservés.