SAVOIE-FORTIFICATIONS



  
Menu • Avant propos • Cartographie • Ouvrages • Hommes • Actu • News • Liens • Contact • Livre d'Or 

Remonter

Fort du Mont Froid :

    Perché à 2 800m, ce qui en fait le plus haut ouvrage de Savoie, le fort du Mont Froid domine le plateau du Petit Mont Cenis (alors italien) et la vallée de la Haute Maurienne.
    En réalité, l'ouvrage du Mont Froid n'est pas un fort dans le sens militaire du terme, mais consiste en 2 blockhaus indépendants, séparés par les 800m de la ligne de crête.

Secteur : Maurienne, Lanslebourg, Sollières.
Type : Blockhaus, position avancée du Mont Cenis. Communément désigné comme fort.
Altitude : 2 792 m pour le blockhaus Est, 2 822m pour le blockhaus Ouest.
Armement : Nombreux fusils puis Mse à l'air libre, mortiers légers.
Le col entre les deux blockhaus, accessible aux attelages légers, pouvait servir d'emplacement d'artillerie (environ 4 pièces de montagne : 65M ou 75M).
Soutien : Renforts possibles depuis les baraquements de Sollières.
Mission : Interdiction du col de Sollières et de la Combe des Archettes. L'ouvrage offrait d'excellentes vues sur le plateau du Petit Mont Cenis et sur la Haute Maurienne (de Modane à Termignon).
Composition : Le fort est constitué de 2 blockhaus (appelés "bloc") comprenant chacun : un mur d'enceinte en pierres sèches, une entrée à pont levis, un chemin de ronde servant d'emplacements de tir, une baraque en maçonnerie et une petite galerie sous roc non aménagée (moins de 10 m²). Les ouvrages sont reliés entre eux par la route militaire et par un chemin qui suit la ligne de crête.
Un troisième "bloc" a été construit par les allemands en 1944-45 au col. Il comprenait un simple abri en planches.
Garnison : 1 section (30 à 40 hommes) par blockhaus.
Eau potable : Aucune source à proximité. Utilisation de la source des baraquements de Sollières.
Transport à dos d'homme ou par mulets.
Cuisine : Cuisinière à bois/charbon.
Chauffage : Poëls à bois/charbon.
Eclairage : Eclairage naturelle dans la mesure du possible.
Lampes à pétrole.
Ventilation : Ventilation naturelle.
Superficie : Environ 1 000 m² par blockhaus.
Date de construction : 1891 - 1892. Face aux difficultés d'accès, l'ouvrage est laissé à l'abandon ; il est en ruines à la déclaration de guerre.
Constructeur : MOM ; Chefferie de Chambéry.
Accès (d'époque) : Routes militaires du Mont Froid, depuis Bramans par le Jeu, depuis Termignon par le Replat des Canons ; seule la dernière est entretenue jusqu'aux baraquements de Sollières. L'accès au Mont Froid est abandonné en raison des glissements de terrain.
Coût : Environ 1 000 000 F de l'époque. Prix très élevé en raison de la route d'accès.
Historique :

Le 21 juin 1940, la SES du 1/99e RIA en position aux baraquements de Sollières aperçoit les colonnes italiennes au plateau du Petit Mont Cenis. Les hommes gagnent aussitôt leurs emplacements au Mont Froid, d'où ils interdisent le passage du col de Sollières et la Combe des Archettes, sous les tirs d'armes automatiques et de mortiers. Le soir même les hommes sont repliés sur la ligne de Résistance pour éviter l'encerclement par les troupes italiennes venues du Val d'Ambin.

Depuis qu'il ont été chassés de Maurienne en septembre 1944, les allemands ont établi leur position au Mont Cenis, avec le Mont Froid comme AP et surtout comme observatoire. Avec le printemps arrive la grande offensive française, le plateau du Mont Cenis est l'objectif de la 7e 1/2 BCA. Après de violents combats, la 4e Cie et la SES de la 2e Cie du 11e BCA enlèvent le Mont Froid le 6 avril 1945 et repoussent une contre-attaque durant la nuit. Mais les allemands n'ont pas dit leur dernier mot : en profitant d'une tempête de neige, ils reprennent la position le 13 avril. Ce n'est que le 25 avril que le Mont Froid est évacué, suite au repli général.

    Retour à l'ouvrage.

Copyright © www.savoie-fortifications.com 2004-2010.
Tous droits réservés.