SAVOIE-FORTIFICATIONS



  
Menu • Avant propos • Cartographie • Ouvrages • Hommes • Actu • News • Liens • Contact • Livre d'Or 

Remonter

Fort du Sapey :

    La montagne du Sapey est idéalement située au coeur de la Maurienne, en surplombant Modane. C'est sur le principal sommet qu'a été construit le fort, bénéficiant ainsi de vues exceptionnelles sur tous les accès de la Maurienne, autant le secteur du Mont Cenis, les Cols du Sud ainsi que la Basse Maurienne. La forme en U du fort du Sapey permet la mise en batterie de pièces d'artillerie dans toutes les directions dangereuses, ce qui en fait le gardien de la Maurienne.

    L'importance stratégique du site du Sapey va pousser les concepteurs à développer les ouvrages et à les moderniser : la redoute, une batterie indépendante, la caserne ; modernisation du fort avec le bétonnage des locaux en maçonnerie et la construction des casemates sous roc, enfin l'ouvrage Maginot qui renforce la puissance de feu du fort.

Secteur : Maurienne, Modane, Réduit.
Type : Fort, position de résistance et du réduit de Modane.
Altitude : 1 732 m.
Armement : 10 pièces en direction de la Haute Maurienne : 2 vers l'Orgère, 2 sur Amodon et 2 en direction du ravin de St Antoine, plus les 4 pièces sous roc ; 2 pièces pointés sur le Charmaix ; les 2 batteries annexes pouvaient recevoir 2 pièces longues (155L/77) chacune, l'une orientée vers la Haute Maurienne (annexe Nord), l'autre tirant sur le Charmaix (annexe Sud).
En juin 1940 : 2 pièces de 95/88, 4 pièces de 155L/77, et 3 mortiers de 150mm de tranchée Fabry.
Soutien : Les pièces longues de l'artillerie de Position installées dans la région de Modane.
Mission : Protection du fort du Replaton et interdiction de la Maurienne dans toutes les directions.
Composition : 4 casemates sous roc en direction de la Haute Maurienne, 8 emplacement à l'air libre avec une traverse bétonnée, 1 observatoire bétonné, 1 poste optique sous roc (liaison avec la redoute et Loutraz), des magasins sous roc et en maçonnerie bétonnée, une caserne en maçonnerie non bétonnée au centre de la cour ; l'ensemble est protégé par un escarpement rocheux au Nord (coté Haute Maurienne) et un rempart d'enceinte percé d'une entrée à pont levis. L'ouvrage compte 2 batteries traversées annexes à l'air libre situées au Nord et au Sud du fort.
Garnison : Environ 250 hommes.
En juin 1940 : la 5e Batterie du 164e RAP. Le fort du Sapey sert de lieu de stockage et d'annexes à l'ouvrage.
Eau potable : Alimentation par une source, situation inconnue.
Réserves : 150 000 L dans une citerne située en sous-sol.
Réservoir de consommation courante.
Cuisine : Cuisinière à bois/charbon.
Four à pain.
Chauffage : Poëls à bois/charbon encastrés pour les locaux habitables.
Système de distribution de l'air chaud par conduits muraux et fosse à froid.
Eclairage : Eclairage naturel dans la mesure du possible.
Lampes à pétrole.
Electrification au XXe siècle.
Ventilation : Ventilation naturelle.
Conditions de vie : Eau courante (fontaine) et citerne de réserve ; éclairage à la bougie et lampe à pétrole ou gaz puis électrique ; chauffage par poëls à bois/charbon.
Superficie : Environ 2 hectares.
Date de construction : 1886 - 1892. La carapace de béton a été ajoutée dès 1890 pour faire face aux nouveaux obus chimiques.
Constructeur : MOC ; sous la direction de la Chefferie de Chambéry.
Accès (d'époque) : Route militaire stratégique du Sapey, téléphérique fixe monocâble reliant le fort à Modane par le Replaton.
Coût : Environ 3 MF de l'époque.
Historique :

Au cours des combats de 1940, le fort n'a jamais été au contact avec les troupes italiennes, mais a subit des bombardements sans conséquences. Ses canons ont largement contribué à l'arrêt des troupes devant l'Esseillon comme dans le quartier Lavoir - Pas du Roc.

Le 13 septembre 1944, le fort est pris par les FFI attaquant depuis la redoute et le versant Nord. Il sert d'emplacement de tir sur le Replaton, avant que celui-ci ne soit abandonné durant la nuit suivante avec le repli général des troupes allemandes de Modane. Trop éloigné de la ligne de front, il est abandonné durant la seconde bataille des Alpes.

Après guerre, le fort servira de camps d'entraînement, entretenu jusque dans les années 70, puis abandonné. En 2004, le Sapey est cédé par l'Armée à la commune de Saint André.

Copyright © www.savoie-fortifications.com 2004-2018.
Tous droits réservés.