SAVOIE-FORTIFICATIONS



  
Menu • Avant propos • Cartographie • Ouvrages • Hommes • Actu • News • Liens • Contact • Livre d'Or 

Remonter

Fort du Télégraphe :

    Construit comme un nid d'aigle au sommet des falaises surplombant Saint Michel de Maurienne de plus de 900m, le fort du Télégraphe surveille la Maurienne et le col des Encombres, et défend le col du Galibier et cols secondaires.

Secteur : Maurienne, St Michel de Mne.
Type : Fort, ligne de résistance.
Altitude : Fort : 1 615m, batterie : 1 365m.
Armement : 4 pièces longues (120 L, 155 L) dans le fort ; 4 pièces à la batterie basse (95/88).
En juin 1940 : 2 sections de 95, 1 section de 150 T et 2 sections de 155.
Soutien : Ouvrage isolé ; à portée des pièces du Sapey.
Mission : Interdiction de la vallée de la Maurienne en aval de Modane (route nationale et voies ferrées), interdiction des hauteurs de la rive droite (col des Encombres), et défense du col du Galibier et des vallées de Valloire et de Valmeinier.
Composition : Fort : plateforme non traversées pour 4 pièces d'artillerie, magasins et caserne en maçonnerie, un rempart d'enceinte avec 2 entrées par pont levis.
Batterie basse : plateforme pour 4 pièces courtes, 1 traverse, caserne en maçonnerie à 2 étages dont 1 renforcé, magasin sous roc, aucune enceinte le site étant très escarpé.
Le fort et la batterie sont reliés par un plan incliné.
A l'extérieur : une batterie annexe (dite haute), et un casernement de temps de paix et pour les gardien à l'extérieur.

Le fort du Télégraphe est le seul fort de Savoie à posséder 2 entrées. Le manque de place n'a pas permis de construire un plan incliné pour les pièces d'artillerie à l'intérieur de l'enceinte, c'est pourquoi une entrée (entrée supérieure) était spécialement destinée aux pièces d'artillerie.

Garnison : Inconnue. Environ 250 hommes.
Eau potable : Alimentation par une source, situation inconnue.
Réserves : 120 000 L dans une citerne située en sous-sol au fort et à la batterie basse.
Réservoir de consommation courante.
Cuisine : Cuisinière à bois/charbon.
Four au fort.
Chauffage : Poëls à bois/charbon encastrés pour les locaux habitables.
Eclairage : Eclairage naturel dans la mesure du possible.
Lampes à pétrole.
Electrification du fort au XXe siècle.
Ventilation : Ventilation naturelle.
Superficie : Environ 2 hectares (1 pour le fort et l'annexe, 1 pour la batterie basse).
Date de construction : 1885 - 1892. Ajout de la batterie annexe en 1908.
Constructeur : MOC ; sous la direction de la Chefferie de Chambéry.
Accès (d'époque) : Route du col du Télégraphe, puis route d'accès au fort ; pour la batterie : plan incliné depuis le fort et chemin muletier.
Coût : Environ 2 MF de l'époque.
Historique :

Durant les combats de juin 1940, le fort du Télégraphe n'est pas entré en contact avec les italiens. Ses canons ont fortement appuyé les avant-postes lors de l'offensive du 21 juin en écrasant les colonnes infiltrées dans la vallée de Valmeinier.
En septembre 1944, l'Armée d'Afrique venu en renfort des FFI pour l'attaque de Modane installe ses pièces au fort du Télégraphe. Quelques jours après, les artilleurs sont appelés vers l'Alsace ; le fort devient un camp d'entraînement et sert temporairement de PC.
S'il a servi de position d'artillerie, le fort du Télégraphe n'a jamais été attaqué.

Le fort du Télégraphe est aujourd'hui utilisé comme poste relais de télécommunications hertziennes. Le baraquement de temps de paix est toujours propriété de l'Armée, il sert de poste d'altitude au 93e RAM.

    Retour à l'ouvrage.

Copyright © www.savoie-fortifications.com 2004-2018.
Tous droits réservés.